Le traitement hormonal
substitutif (THS)

Au fil du temps, le taux hormonal des œstrogènes et progestérone diminue, ce qui est un processus naturel et non une maladie. Dans les différentes phases entourant la ménopause, l’équilibre hormonal féminin se réorganise. L’organisme réduit par phases la production d’œstrogènes endogènes et de progestérone. Cela s’accompagne souvent de différents troubles, dont l’intensité peut varier d’une femme à l’autre.

En cas de troubles prononcés de la ménopause, les directives thérapeutiques actuelles, y compris le programme de directives des sociétés de gynécologie et d’obstétrique pour la Suisse, l’Autriche et l’Allemagne, recommandent aux gynécologues de proposer à leurs patientes un traitement hormonal substitutif (THS).

Il est important de savoir qu’un THS ne vise pas la restauration de la concentration hormonale complète qui existait avant le début de la ménopause. Le THS ne vise à ajuster les niveaux d’hormones que dans la mesure où :

  • les symptômes de la ménopause et les risques pour la santé dus à la carence en œstrogènes sont atténués par les préparations à base d’œstrogènes.
  • chez les femmes dont l’utérus est intact, un progestatif ou une préparation de progestérone est utilisée. Ceci doit permettre de rééquilibrer un cycle menstruel irrégulier et de protéger l’utérus d’une croissance excessive. Une croissance ou un épaississement de l’utérus signifie une hyperplasie de l’endomètre, qui est un précurseur du cancer de la muqueuse utérine.

Adapté individuellement à la phase de vie et aux symptômes

En fonction de l’ampleur de vos symptômes et de votre état de santé, le choix des hormones est adapté individuellement à votre phase de vie actuelle.

Avant la thérapie, le gynécologue traitant posera des questions sur vos propres antécédents médicaux et ceux de votre famille en plus de l’examen physique. Ceci est important afin de peser les risques de maladies antérieures qui pourraient influencer le meilleur choix de traitement.

Avant de commencer un THS, vous discuterez également du schéma d’utilisation et de la forme de préparation idéale pour vous. De plus, votre gynécologue traitant déterminera le dosage optimal d’apport hormonal afin que vous ayez une bonne tolérance avec la dose la plus faible.

Comment les hormones pénètrent-elles dans le corps ?

La manière dont les hormones pénètrent dans le corps dépend de la forme d’application. Les deux formes d’utilisation les plus courantes sont :

  • Comprimés ou gélules
    L’administration orale (c’est-à-dire à avaler) est probablement la forme la plus connue. De cette manière, les hormones parviennent à leur destination via le tractus gastro-intestinal et le foie. Dans le foie, une partie des hormones est toutefois directement métabolisée et dégradée.
  • Transdermique
    L’administration des hormones se fait ici par la peau. Le principe actif appliqué sur la peau traverse les couches de la peau pour atteindre la circulation sanguine, ce qui permet d’acheminer directement les hormones dans le sang sans détours et d’éviter ainsi qu’une grande partie des hormones ne soit déjà dégradée dans le foie.

Combien de temps peut-on utiliser le traitement hormonal de substitution ?

Si, dans le cadre d’un traitement hormonal de substitution, les symptômes de la ménopause se sont améliorés après un certain temps d’utilisation, la question se pose de savoir combien de temps le traitement doit être poursuivi.

Il est désormais considéré comme médicalement prouvé que le THS doit commencer le plus tôt possible dès l’apparition des premiers symptômes de gêne. Idéalement le traitement doit débuter avant l’âge de 60 ans afin d’avoir un effet neutre, voire protecteur sur le risque de maladie cardiovasculaire. La durée du THS n’est généralement pas limitée et dépend des symptômes. Il est recommandé que le gynécologue examine l’état du THS au moins une fois par an. De cette façon, il peut être clarifié si le THS est toujours nécessaire ou si la posologie ou le schéma thérapeutique doivent être adaptés.

Ce qu’il faut savoir sur le traitement hormonal substitutif

  • Avant tout traitement hormonal substitutif (THS), votre gynécologue procède à une analyse minutieuse des bénéfices et des risques.
  • Si vous avez certains antécédents ou maladies, votre gynécologue peut ne pas recommander de THS ou peut ajuster le THS en conséquence.
  • Le dosage le plus faible possible est toujours défini, ce qui minimise le risque d’effets secondaires.
  • Le THS offre des avantages supplémentaires, car il peut avoir un effet préventif sur certaines maladies ou affections.
Clearing Number:
F 08/23 CH-OES-2300017
nach oben
Search icon

Meno-Check

La ménopause est synonyme de changements pour de nombreuses femmes. Des examens médicaux réguliers sont particulièrement importants à ce stade de la vie. Notre liste de contrôle vous prépare de manière optimale à votre rendez-vous médical.

Vers le Meno-Check